L'architecture industrielle

Deux innovations contribuèrent de façon importante au développement des communications dans notre région : celle du chemin de fer et celle du tramway départemental.

Vers 1880, la compagnie de chemin de fer privée "Paris-Orléans" décide la construction d'une ligne reliant Bussière-Galant à Saillat-Chassenon. Elle sera ouverte fin 1880 et desservira la gare d'Oradour-sur-Vayres mais également Champsac et Champagnac-la-Rivière. Cette ligne fut active, les trains de marchandises véhiculant bêtes, champignons, outils agricoles (dont des faux). Le trafic "passager" diminua au cours de la première moitié du XXème siècle, le chemin de fer étant concurrencé par le tramway puis, bien sûr, par l'automobile... La ligne fut fermée au trafic "voyageur" en 1945 puis au transport de marchandises vers Rochechouart en 1952. En direction de Bussière-Galant, le trafic continua afin d'emmener des traverses de bois destinées à la SNCF et les produits métallurgiques fabriqués par l'usine de la Rivière de Champagnac.

Par ailleurs, dès 1887, le Conseil Général de la Haute-Vienne envisage d'équiper le département d'un réseau de tramways dont une ligne reliera, en 1912, Limoges à Oradour-sur-Vayres. La topographie de cette région vallonnée interdit l'usage de la vapeur et c'est l'énergie électrique qui est retenue comme force motrice. Cette installation contribuera au déploiement de la "fée électricité" dans tout le pays. Cette ligne faisait 3 allers-retours par jour et connut immédiatement une forte activité surtout aux jours de marché et de foire...

L'architecture de la gare d'Oradour est typique des bâtiments ferroviaires de la fin du XIXème siècle.

Aujourd'hui, les communes d'Oradour sur Vayres, Champagnac la Rivière, Champsac et Châlus réunies dans le cadre d'un Syndicat à vocation unique : le SIVU des Hauts de Tardoire, négocient le rachat de la plate-forme ferroviaire pour aménager avec l'appui du Conseil Général de la Haute-Vienne  un sentier de promenade à vocation ludique et sportive avec trois pistes (pédestre, équestre et cyclable) et des aires de repos et d'animation touristique.